Cette catégorique de jeu s’apparente au Draw poker, mais la forme qu’y prend la mise est tellement particulière qu’elle mérite une attention spéciale.

 

 

 

Au Guts, aucun changement de cartes ne sera permis. Apres avoir déposé à la cagnotte une ante plus importante qu’à l’habitude, chaque joueur reçoit cinq canes. Il doit ensuite évaluer si ces cinq cartes peuvent former la main la plus forte autour de la table et enfin décider s’il est en mesure de participer au dévoilement. Cette décision est très importante, car la principale caractéristique du Guts est dans la façon d’y miser.


Au moment du dévoilement, seuls les joueurs ayant décide de participer a la cagnotte conservent une chance de l’emporter.En revanche, en y participant, on s’expose au risque de payer une pénalité d’un montant égal a cette cagnotte (payer le pot) s’il s’avère qu’on ne possède pas la main la plus forte parmi les joueurs participants. En effet, au moment du dévoilement, le joueur participant qui possède la main la plus forte rem- porte la cagnotte, tandis que les autres joueurs participants doivent payer, pour la donne suivante, une somme égale a la cagnotte. Par exemple, dans un guts à 5 joueurs où l’ante est de 1€ à la première donne, chaque joueur participant qui a perdu doit déposer 5€ à la cagnotte pour la deuxième donne. Le jeu se poursuit ainsi jusqu ce qu’un seul joueur participe a la cagnotte.

Si le jeu dure plus d’une donne (c’est-à-dire si des joueurs payent la cagnotte), les joueurs n’ayant pas participé devraient y déposer une mise équivalente a l’ante ou a la moitié de l’ante. On appelle communément cette mise un Chicken-fee.

Vous remarquerez donc que dans cette forme de poker, l’ante est à seule mise "volontaire" qui sera déposée à la cagnotte par les joueurs. le n’y aura pas d’autres mises proprement dites, seulement des pénalités à payer.


Pour déterminer qui participe à la cagnotte, il existe deux méthodes. La première consiste à demander à tous les joueurs de tenir leurs cartes face vers le bas, quelques centimètres au-dessus du centre de la table. Ensuite, sur un compte de trois, les joueurs voulant participer a la cagnotte laisseront tomber leurs cartes (voilât d’ailleurs l’origine du terme "drop").
La seconde méthode, la méthode du poing, consiste à demander à tous les joueurs de mettre leur poing au centre de la table et de l’ouvrir simultanément. Les joueurs qui désirent participer à la cagnotte auront préalablement inséré un jeton dans leur main tandis que les autres ouvriront une main vide.
Cette dernière façon de procéder a l’avantage d’éliminer toute ambiguïté résultant de "drops” tardifs ou partiels. Enfin si la méthode du poing est utilisée, vous remarquerez que l’erreur n’est pas permise. Un joueur distrait qui tient un jeton alors qu’il ne voulait pas participer ne peut se rétracter. De la même façon, un joueur ouvrant une main vide ne peut, sous prétexte de s’être trompé, participer au dévoilement.


Evidemment, la stratégie, est pratiquement inexistante. Le courage ("guts"), à témérité et l’évaluation de la force relative de la main que l’on détient sont les seuls éléments à considérer.
Vous remarquerez aussi que la cagnotte peut rapidement devenir très imposante. L’instauration d’une limite pourrait alors s’avérer souhaitable. Si, par exemple, la cagnotte devait dépasser 25€, on pourrait la séparer en tranches de 25€ et jouer celles-ci les unes après les autres. Sans l’instauration d’une telle limite, les moyens des joueurs, davantage que la main qu’ils détiennent, déterminera leur conduite. Il vous revient d’évaluer si une telle pratique est souhaitable ou non.


Toutes les variantes qui se jouent en Draw peuvent aussi l’être en Guts. Il peut d’ailleurs être intéressant de jouer au Guts en ajoutant des frimes: cela compensera l’absence d’échanges de cartes et encouragera les joueurs a participer a la cagnotte. Une autre façon d’encourager les joueurs a participer a la cagnotte est d’ajouter le règlement suivant: si personne ne participe, celui qui détient la main la plus puissante doit payer une pénalité égale a l’ante.