L’ouverture d’un pot est en quelque sorte un défi que l'on porte aux autres joueurs. On prétend posséder le jeu qui doit gagner le coup, s'approprier le montant du pot et on appuie sa prétention d’un enjeu détermine que l'on appelle l'ouverture.
Cette seule définition démontre que cet enjeu doit être en relation étroite avec la somme en compétition.

 

 

Trop faible, les adversaires auront tout avantage à courir leur chance, si minime soit-elle, et vous disputeront le pot avec un jeu hasardeux, car la pénalité, en cas de perte, leur sera légère. Trop élevé, vous accroissez votre risque au delà du bénéfice possible, sans compter que vous avez de la compétition des joueurs que vous auriez fructueusement battus a la sortie. Il y a donc un juste milieu à tenir.
La règle est d'ouvrir le pot d'une somme égale à son montant. Cette règle est parfaitement justifiée, car ainsi on risque une somme égale au gain possible, si on reste seul. Néanmoins, rappelons-le, l'ouverture, à moins de conventions contraires, est libre quant à la somme.

Premier ou second a parler, n’ouvrez que prudemment avec un jeu qui vous réserve beaucoup de possibilités, et si vous flairez que personne n’ouvrira. Question d'intuition et d'observation. Si Ie pot n'est pas très élevé, ayez le courage dans cette position de ne pas ouvrir avec un gros jeu. Pensez au beau rapport qu'il aura si votre voisin de droite ouvre et que d'autres suivent. La parole vous revient, une solide relance de votre part grossira le coup. Le pot deviendra immédiatement important et les relances de la sortie seront en rapport avec sa valeur.

 
Il est, d' ailleurs, facile de démontrer que si le pot est peu important, il y a peu d'intérêt et quelques dangers d'ouvrir en premier, quel que soit le jeu qu'on ait en mains. En effet, ce faisant :

  1. Vous ouvrez dans l'inconnu et vous risquez une relance qui peut vous gêner.
  2. Vous donnez une indication sur votre jeu.
  3. À la sortie vous parlez le premier.

Que risque-t-on à ne pas ouvrir ? Que tout le monde passe! Mais alors, c'est qu'il n'y a pas de jeux ou seulement des faux jeux et si vous aviez ouvert on ne vous eut pas suivi. Le gain du coup serait réduit à la valeur du pot, ce qui est peu. Mais le pot non ouvert se grossit d’un chip par joueur et le coup suivant vous étés donneur et, par conséquent, dans la meilleure position pour un pot delà important.

N'oubliez pas ce précepte important : il faut toujours chercher A parler le dernier. Au poker, c'est comme au paradis : les derniers sont plus favorises que les premiers.

Il vaut mieux ouvrir toujours du montant du pot. De cette façon les adversaires seront toujours dans l'incertitude quant à votre jeu d’entrée. Si vous prenez l'habitude d’ouvrir bon marche avec un gros jeu et cher avec un petit jeu, pour avoir ou éloigner des clients, votre ruse sera vite percée A jour. Ce n’est pas avec l’ouverture que l’on fait les plus gros bénéfices, mais avec des relances bien placées.

En général, on ouvre trop facilement et on se laisse trop aisément tenter par le pot. La position de l'ouvreur n'a qu'un avantage : c'est d'obliger a jouer le coup ; mais elle offre deux graves inconvénients : l'ouvreur parle le premier et l'on connait son jeu minimum.

Ouvrir avec moins de deux rois est une imprudence.

Il Vaut mieux ouvrir avec deux as qu’avec deux petites paires. La démonstration de cet axiome se trouve dans les calculs. Des probabilités du tirage expose plus loin. C'est lorsque vous été donneur que votre position est la meilleure pour ouvrir. Vous pouvez alors juger du coup et si vous avez quelques facultés d'observation psychologique, vous discernerez aisément vos adversaires probables, au cas OU vous décideriez d'ouvrir. Nous n'avons jamais compris pourquoi tant de joueurs, par paresse de donner, « passent a main pour Faire un gros pot » abandonnant ainsi un des avantages les plus précieux du poker : parler le dernier.

Votre décision de suivre une ouverture faite dépendra à la fois du jeu que vous avez en mains de votre position par rapport a l'ouvreur et de l'état des caves.

Suivre une ouverture on tête a tête avec un faux jeu (fausse séquence, couleur ou deux paires minimes) n'est généralement pas indique. C'est une faute réelle si votre adversaire ou vous-même n'avez que peu d'argent. En effet, 81 votre adversaire n'a pas d'argent, vous ne pourrez pas lui en prendre si votre jeu rentre, de même si c’est vous qui étés a sec. Par conséquent, vous aurez risque votre mise d'ouverture avec de faibles chances de succès, faibles chances dont 14 compensation doit être, dans tous les cas. (A la possibilité de gagner une somme importante en cas de réussite).

En règle générale, il ne faut pas suivre un pot avec des chances inférieures a celles de l'ouverture. Mais cela dépend beaucoup de votre position. Si vous vous trouvez immédiatement à la droite de l'ouvreur, la décision des autres partenaires vous est inconnue, vous pouvez craindre une relance qui vous embarque dans un coup ficheux. De plus, c’est la position ou le rapport entre la somme que vous engagez et le montant du bénéfice du pot est le plus faible. Nous nous expliquons.

Si l'ouvreur ouvre du montant du pot et que, place à sa droite, vous suiviez, avec un jeu a faibles chances de rentrée, vous aurez engage un pour gagner deux si personne ne suit, ce que vous ne savez pas. Si, au contraire, vous étés a la gauche de l'ouvreur et que tout le monde ait suivi, vous aurez, s'il y a cinq joueurs, engage un pour gainer cinq. Evidemment vous avez dans ce cas quatre adversaires au lieu d'un, mais la compensation des faibles chances de rentrée de votre jeu est dans le gros gain réalise deux dames, même deux rois, ainsi que les faux jeux.

Par conséquent, si vous etes droite de l’ouvreur, montrez vous prudent pour suivre, passez par contre, dernier a parler sur un coup delà suivi par plusieurs joueurs, vous pouvez y aller avec un jeu plus risque, surtout si l'ouverture est bon marche. Notez en outre que dans cette position, c’est vous qui parlez le dernier à la sortie et cet avantage est grand. Si votre jeu hasardeux est rentre, vous contremaître un beau succès.

Il n'y a donc pas de règles absolues pour déterminer le jeu minimum avec lequel on doit y aller sur une ouverture. Notamment si celle-ci a été faite très en dessous de la valeur du pot, vous pouvez suivre avec un très faible jeu.

Observez bien vos partenaires en ce qui concerne l'ouverture. Au bout de quelques parties, vous devinerez aisément ceux qui ne peuvent se tenir d’ouvrir des qu'ils ont une paire suffisante en mains et, au contraire, ceux qui « s'embusquent » et qui n'ouvrent jamais a moins d'un brelan ou de deux grosses paires. Ce sont des indications précises dont vous ferez votre profit.

Il y a dans toutes les parties de poker des pots qui ne sont pas en proportion avec le taux normal. Ce sont ceux qui proviennent d'un abandon général âpre ouverture. Le pot est alors constitue par la masse primitive, plus autant de fois l’ouverture qu’il y a de joueurs.