C’est lors de l’EPT de Copenhague que le joueur mondialement connu Daniel Negreanu a écrit, pour un magasine danois, cet essai sur Gus Hansen et sa manière de jouer. Il y décrit le style ultra-agressif nordique mais surtout, il y explique toute la réflexion qu’il y a derrière chaque move effectué par Gus Hansen.
Une apologie pour ce grand joueur ? Voyez vous-même :

©Neil Stoddart

(Lettre traduite par mes soins)
« Gus Hansen est sans aucun doute le joueur le plus craint dans le circuit international à cause de la perception que les joueurs ont de son image folle. Cependant, en vérité, l’approche du jeu de Gus Hansen est basée sur des mathématiques et il existe une méthodologie à sa folie ! C’est en tout cas je que je sais pour avoir joué avec Gus dans plusieurs tournois ainsi que lors de cette main dont personne n’a entendu parlée où je touche middle set et lui bottom set.

Sur la turn, il fait un carré et je fini par perdre un demi million de dollars dans ce pot. C’est l’une des vidéos les plus regardée sur youtube mais, franchement, j’aimerais vraiment l’oublier …

Je pense que les gens ne comprennent absolument pas l’approche du jeu de Gus et c’est en partie grâce à ça que son style lui rapporte encore plus ! Oui, Gus joue plus de main que la moyenne des joueurs, c’est évident.

Cependant, l’incompréhension se situe dans la manière dont il joue ces mains après le flop. Gus va relancer agressivement avant le flop avec une variété énorme de main, et il défendra ses blindes avec des mains aussi horribles que 83s.

Après le flop, il a tendance à rester agressif en prenant les devant. De temps en temps il espère voler le pot, à d’autres moments il espère juste être relancé …

La clé du succès de Gus vient de son jeu après le flop. Puisque Gus a crée une image tellement large et folle, il est capable de gagner des énormes pots sur la turn ou la river quand ses adversaires le suspectent de bluffer. Lorsqu’ils jouent Gus, ils pensent à peu près comme ça : « Si c’était n’importe qui, je coucherais cette main, mais hey, c’est Gus, je suppose que je dois payer … ». Et là, Gus montre tout simplement les nuts et l’adversaire ne peut que se plaindre d’avoir joué de malchance …

Gus a de grandes connaissances en matière de mathématique dues à son passé dans le backgammon et il comprend que dans les tournois avec antes, être impliqué dans beaucoup de pot est la meilleur technique. En même temps, il sait que puisqu’il va jouer beaucoup de main marginale, il va devoir être très prudent.

C’est là que Gus est un peu différent du jeune Scandinave typique qui espère atteindre le style de Gus. Ils sont aussi agressifs avant le flop, parfois même imprévisible sur le flop, mais ils se font de temps en temps prendre en flagrant délit de bluff dans un pot et ne sont pas capable de mettre le frein.

Jouer contre ces jeunes Scandinaves est extrêmement difficile, surtout si vous n’en avez pas beaucoup d’expérience. Lorsque je joue à la côte Est des USA par exemple, je sais plus ou moins comment ils jouent. La plupart du temps ils sont prudent, passif. C’est plus simple d’exploiter ce genre de joueur. Avec les Scandinaves, il est beaucoup plus délicat d’interférer dans leur jeu sans les avoir attentivement observé auparavant.

Lors des tournois internationaux, je pense que certains des meilleurs jeunes joueurs viennent des pays Scandinaves. Ils pensent différemment, sont très agressif et de temps en temps on un style très imprévisible qui les amène à jouer un jeu presque optimal. »